2022-08-19T17:09:48Z https://metropole.nantes.fr/files/live/sites/metropolenantesfr/files/images/actualites/dechets-proprete-eau-energie/eau/eau%20potable/conseils-eau-22-800.jpg

Actualités Publié le 19 août 2022

Alerte sécheresse : six conseils pour économiser l'eau

Les conditions météorologiques et le faible débit de la Loire ont conduit la préfecture à prendre un arrêté de niveau 3 (alerte renforcée), restreignant les usages de l’eau potable. Voici quelques conseils applicables au quotidien pour préserver l’or bleu, avec Céline Jarron, responsable du service animation à la direction du cycle de l’eau de Nantes Métropole.

Compte tenu de la sécheresse, il est essentiel d'économiser l'eau. © Rodolphe Delaroque
Compte tenu de la sécheresse, il est essentiel d'économiser l'eau. © Rodolphe Delaroque

Depuis plusieurs semaines, le débit de la Loire est en baisse et plusieurs bassins versants sont en crise en Loire-Atlantique. En conséquence, la Préfecture a publié, mercredi 17 août, un nouvel arrêté plaçant l’ensemble du département en niveau « crise » sécheresse pour les activités réalisées sur le réseau d’eau potable.

1/ Éviter de laisser couler l’eau inutilement pendant la douche, la vaisselle, le brossage de dents… Conseil on ne peut plus classique – et facile d’application !

2/ Arroser son potager uniquement entre 20h et 8h pour ceux qui ont la chance d’avoir un jardin. On nourrit ses plantes et ses futurs légumestrès tôt le matin ou en fin de journée. 

3/ Récupérer l’eau. « On n’y pense pas toujours, et pourtant ce n’est pas très compliqué… Quand on lave ses légumes, on peut garder l’eau pour arroser les plantes. Dans la douche, on installe un bac dans lequel on fait couler l’eau jusqu’à ce qu’elle soit chaude, puis on s’en sert aussi pour les végétaux », détaille Céline Jarron. Pour aller encore plus loin, pourquoi ne pas tenter de réutiliser l’eau de cuisson des pâtes ou du riz ? Petite astuce : versez-la directement sur une zone de votre jardin à désherber. Efficace et écolo ! Pour les détenteurs d’un extérieur, collecter l’eau de pluie pour l’arrosage est aussi une très bonne idée.

4/ Préférer les programmes « éco » pour le lave-linge et le lave-vaisselle (plus longs, mais économes en eau).

5/ Installer des appareils économiseurs d’eau, tels les mousseurs sur les robinets ou les pommeaux de douche spécifiques par exemple. 

6/ Vérifier que l’on n’a pas de fuites d’eau. Pour cela, il faut regarder son compteur avant d’aller dormir. « Si le lendemain il n’a pas bougé, pas de souci. Si le chiffre a augmenté (et que vous n’avez pas programmé une machine à laver en différé ou bien tiré la chasse bien sûr), c’est qu’il y a une fuite quelque part », souligne Céline Jarron, responsable du service animation à la direction du cycle de l’eau. Pour la localiser, puis la résoudre, on peut tout simplement appeler un plombier.

 

 
Connaître son niveau de restriction en fonction de sa localisation

Quelles sont les restrictions dans la métropole nantaise ?

Le « niveau 3 - alerte renforcée» entraîne des restrictions, à la fois pour les collectivités et pour les habitants des 24 communes de Nantes Métropole :

  • sont autorisés : l’arrosage des cultures sous serre et des jeunes plants en pépinière, les usages de l’eau nécessaires au process de production (si réduction de 30% de la consommation). Le remplissage et la mise à niveau des plans d'eau destinés à la pisciculture, la première mise en eau des pîscines
  • sont autorisés de 20h à 10h : l’arrosage des potagers, des greens et départs de golf
  • sont interdits pour les particuliers comme dans les usages publics : le remplissage et la mise à niveau des plans d’eau (hors pisciculture), le nettoyage des véhicules, des bâtiments, des terrasses et des voiries, l’alimentation des fontaines (sauf circuit fermé) et des douches de plage, l’irrigation des grandes cultures, l’arrosage des parcours de golf, l’arrosage des espaces verts et des terrains de sport, le remplissage et la mise à niveau des plans d’eau à vocation cynégétique (chasse). Le lavage des véhicules dans les stations (sauf lavages réglementaires et sanitaires) et l’alimentation des piscicultures sont désormais interdits.